Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/11/2006

Radio Ga Ga

medium_New_Logo_Ciel.jpgComme vous l’avez déjà pu le lire, Ciel Radio fait partie du giron d’IPM. Depuis quelques temps, nous travaillons sur les synergies entre les deux rédactions. Celle du web d’une part et celle de la radio d’autre part. En quoi peuvent-elles être complémentaires, avons-nous la même vie en regard de l’actualité, suivons-nous les même infos ? Pas mal de questions intéressantes. L’expérience nous apprend qu’une rédaction web et radio vivent la même journée. En ce sens que c’est l’actu du temps présent qui aiguille le travail. Ces médias travaillent essentiellement sur « l’actu chaude » et diffusent l’info quasiment en temps réel (pour info, c’est d’ailleurs la spécificité de Ciel Radio d’être en breaking news de 7H à 20H tous les jours, il y a entre 4 et 8 flash infos par heure sans compter les JP). Là où notre travail diverge c’est sur l’écriture. Si je ne suis pas convaincu qu’il existe une écriture web, il existe par contre une écriture radio. C’est le gros du travail de nos journalistes web qui passent à l’antenne. Ce travail de réécriture de l’info. Sans oublier le travail de voix. On ne s'improvise pas journaliste radio. Et c'est valable dans l'autre sens aussi.

Cette synergie est aussi intéressante pour l’Internaute. Nos sites bénéficient, à l’occasion, d’un billet audio qui vient enrichir l’info. C’était notamment le cas lors du retour de Louis Michel ou la saga carolo avec Olivier Chastel.
Il me semble que cela apporte un plus à un site d’info. Après le texte, l’image et maintenant le son, il ne manque plus que de la vidéo. Toujours est-il que cette expérience est enrichissante et ouvre des perspectives.

NB : Notons que le groupe Vers l’Avenir et la radio Nostalgie travaillent depuis peu aussi en commun.

- Renaud H.

23/05/2006

Le blog de Focus

Comme Damien l'avait suggéré en son temps, et c'était une bonne idée, notre podcast "Focus" a dès à présent son propre blog (l'url actuel http://podcastfocus.blogspirit.com deviendra prochainement http://podcastfocus.blogs.lalibre.be).
Le but es double: d'une part permettre d'entendre les interventions des experts de manière indépendante et d'autre part de pouvoir laisser des commentaires sur les sujets écoutés. Si j'en crois vos mails, cela devrait répondre à vos principales attentes.
Pour info, sachez aussi que ce Focus est le podcast le plus téléchargé de notre petit catalogue. Pour une fois que le sport se fait manger par de l'actu internationale ;-)

- Renaud H.

21/05/2006

SFR et Domenech

Dimanche dernier, Raymond Domenech, sélectionneur de l'équipe de France de football, dévoilait le noms des 23 joueurs sélectionnés pour la prochaine Coupe du monde. Lors de cet exercice il réussit l'exploit d'annoncer les nominés sans en citer un se contentant de dire : vous les voyez là. En réalité, il fixait un powerpoint. Autant dire que le direct tv n'avait plus de sens puisqu'aucune caméra ne filmait l'écran, sans parler du programme radio qui perdait tout son sens, les auditeurs devant entendre: vous les voyez là...
Dans la foulée, le sélectionneur français faisait transmettre l'information suivante: je ne commenterai pas cette sélection (ben tiens...) avant une conférence de presse programmée dans 10 jours. Bonjour l'ambiance. Le vase allait carrément déborder début de semaine quand Raymond Domenech accordait à SFR l'exclusivité de ses commentaires. En effet, les abonnés au sponsor de l'équipe de France recevaient par MMS un entretien vidéo du coach expliquant sa sélection. Autant dire que l'ensemble de la presse française ne trouvait plus ses mots pour expliquer pareille injure. Depuis quand un sponsor intervient dans ce domaine ? La Fédération était sommée de s'expliquer mais ne trouvait rien à redire à ce genre de procédé. SFR paye des millions et mérite aussi des informations exclusives. Si on le prend comme ça.... c'est pas gagné.

- Renaud H.

12/05/2006

Un journal et son site

Les chiffres trimestriels du CIM concernant la diffusion payante de la presse quotidienne sont sortis. Le premier trimestre de 2006 est donc analysé dans toutes les rédactions du royaume en ce moment. Et comme en plus, on peut faire dire aux chiffres ce que l’on veut ou presque, cela va jaser ici et là.
Toujours est-il qu’une remarque me saute aux yeux : les quatre journaux qui ont une politique agressive sur le web sont ceux qui enregistrent une progression significative de leur diffusion payante. C’est le cas de Het Laatste Nieuws, de Standaard et de la DH/La Libre. Les quatre sites les plus importants de la toile belge en matière d’info. Ce n’est pas le cas du Soir et de Sud Presse voir du Niewsblad qui chutent lourdement.
Tous les chiffres sont disponibles publiquement à cette adresse: http://www.cim.be/auth/fr/d/index.html

- Renaud H.

01/05/2006

Une fausse bonne idée ?

Voilà une drôle d’idée ! Depuis quelques jours maintenant, le site web du journal espagnol El Pais offre la possibilité d’imprimer un journal gratuit (24 Horas) mis à jour plusieurs fois sur la journée. Le contenu du journal évolue donc heure en heure en fonction bien évidemment de l’actualité espagnole et internationale.
Un click sur un bouton et voilà votre journal, avec les dernières infos, qui s’affiche en PDF. Libre à vous de l’imprimer. Si techniquement le travail est bien fait (rapidité) je reste dubitatif sur l’idée elle-même. A vrai dire je ne vois pas l’intérêt d’imprimer des pages PDF (entre 8 et 16 selon l’actu) alors que l’on a l’info sous les yeux. Déjà que les ventes des journaux en PDF des différents sites de presse sont pour la plupart décevantes, venir avec ce produit, pas vraiment écologique non plus, est dira-t-on assez osé.
Je vois plus un intérêt dans la construction d’un journal imprimable avec un contenu spécifique ou à destination d’une cible spécifique. Si je prends l’exemple de notre podcast Focus, ce serait peut-être intéressant de créer ce journal avec le contenu (interviews, infographies,…) de ce podcast. Comme complément écrit à l’audio. Ou produire quelque chose qui serait trop onéreux et pas rentable pour l’encarter dans le journal papier. Là peut-être…
Tiens cela me donne des idées ça…

- Renaud H.

15/04/2006

Je m'informe avec Wikio

Accessible qu'en version beta pour le moment, Wikio est certainement voué à un bel avenir. C'est en tout cas l'une des meilleures sorties dans l'univers de l'information en ligne. D'ailleurs, tout est dit sur la home de ce site:
"Wikio est un moteur de recherche d'actualités dirigé par les internautes ! Il surveille, en temps réel, plusieurs dizaines de milliers de sources d'information, extrait quotidiennement plusieurs centaines de milliers de dépêches qui sont ensuite classifiées par thématiques puis archivées dans une base de données de plusieurs millions de documents. Le classement des dépêches tient compte de la pertinence des informations mais également de leur popularité auprès des membres qui votent, commentent ou même rédigent l'actualité."
Difficile d'être plus clair non ?
Après une semaine de test, je suis très impressionné par la puissance de l'outil. Il est évident que cette manière de s'informer mais aussi d'informer s'inscrit clairement dans l'évolution des moeurs en matière de news. Le fait de pouvoir voter pour un article et donc d'apporter un ranking des informations, pouvoir laisser un commentaire sur une news sont deux choses auxquelles nous, éditeurs de site web, devont être attentifs dans l'évolution de nos sites traditionnels. De plus, cela ne peut pas faire de l'ombre aux sites presse puisque Wikio s'alimente essentiellement via ces sites accessibles d'un click. Donc pas de perte de visiteurs. Du moins dans l'immédiat car l'une des vocations de Wikio serait sans doute, à terme, de pouvoir s'alimenter par les contributions de ses membres. C'est en tout cas un beau paris. Un dernier mot, la personne qui se cache derrière cette initiative est Pierre Chappaz, boss d'un certain Kelkoo...

- Renaud H.

13/04/2006

Sacré Cauet !

On parle beaucoup de Sébastien Cauet dans les médias ces derniers jours. Cet animateur ramasse pas mal de récompenses en radio-tv et vient de se lancer courageusement dans la presse écrite pour « mecs 15-35 ans » avec un titre nommé « Guts » (entrailles en anglais) qui paraît un jeudi sur deux à 2,90 euros. Plutôt choc et sexe et qui, selon les libraires, se vend très bien. Ce personnage du PAF a aussi depuis quelques jours son propre hamburger au Quick, le Cauet Burger.
Même si je suis souvent loin de partager ses émotions et l’humour de son équipe, je trouve que sa réussite est remarquable. Cela démontre que derrière les « prouts caca couilles » se cachent un personnage loin de l’image que les médias veulent faire passer de ce Français de 34 ans. N’aurait-il pas derrière ce succès, une pointe de jalousie ? A l’heure, justement, où les plus grands hebdos et mensuels traditionnels perdent des lecteurs, voilà qu’un type débarque avec ses recettes dites faciles (du sexe, des photos et des papiers courts) et fait un tabac (on verra évidemment sur la durée). Cela me fait penser au magazine Choc (de Gérard Ponson partie prenante de Guts) qui a en un temps record intégré le top des ventes en France aux dépens d’autres évidemment…
Bref, tout cela pour dire qu’en feuilletant ce nouveau maga, on remarque pas mal de synergies avec le site web.
Vidéos, MMS, téléchargement, Blogs, la déclinaison web est selon moi fort bien réussie (si ce n’est que le site est assez lent).
A suivre attentivement.

- Renaud H.

28/03/2006

Si je savais...

Quelle histoire cette affaire du Prince Philippe ! On ne parle plus que de ça on dirait... Idem pour le sondage de dhnet. Cela a été repris dans plusieurs blogs néerlandais et je mesure ainsi la difficulté de communiquer entre les deux communautés. Alors voilà un post en néerlandais, histoire d'être clair et de passer à autre chose.

In mijn bericht schrijf ik dat ik de commentaren van de website zattevrienden dom en gevaarlijk vind. Ik wil graag benadrukken dat dit enkel over de commentaren zelf gaat en ik dus op geen enkele manier de website zelf als dusdanig beschouw. Ik heb ook geen probleem met het feit dat de peiling wordt 'gestuurd' maar ik vind de manier waarop dat gebeurt allesbehalve correct (cookies, beledigingen,…).
En om iedereen gerust te stellen: het maakt mij (en ook mijn krant) weinig uit wat men precies denkt over Prins Filip.

- Renaud H.

23/03/2006

La RTBF conjugue le podcasting

Comme vous avez pu le lire, ou l’entendre, la RTBF frappe un grand coup dans la sphère du podcasting en proposant ni plus ni moins 90 podcasts dès aujourd'hui. Il faut dire que la radio publique produit tous les jours un contenu impressionnant sur ses 5 chaînes radio. Un contenu auquel il sera donc possible de s’abonner.
Après Radio Nostalgie, qui a été pionnière en la matière en Europe (oui oui !), la grosse machine RTBF débarque et va sans doute permettre au podcasting de se faire connaître un peu plus dans un marché encore novice en la matière. On ne peut que s’en réjouir !

Francis Goffin, directeur des radios, a cité une récente étude qui démontre que la pénétration du podcasting dans la société estt plus importante que celle du CD dans les années 80 ! A ce propos, je vous invite à consulter le site podcafe.be. Vous y retrouverez les interventions des directeurs d’antenne (Pure FM, La Prem1ère, Musique 3, Vivacité et Classic 21) enregistrées lors de cette conférence de presse.

Si la démarche de la RTBF est excellente, je trouve qu’elle réalise juste le travail que l’on attendait d’elle. Un beau travail mais qui manque d’originalité dans le sens où elle met à disposition un contenu déjà créé ailleurs. Et pas un contenu spécifique au podcasting. Mais, paraît-il, c'est déjà à l'étude...

- Renaud H.

21/03/2006

Le podcast DH est né !

Ouf: on y est. DHNet vient de lancer son premier podcast. Celui-ci est consacré au basket belge et à la NBA. Une première émission de 44 minutes avec tous les défauts qu'une première peut avoir. Mais on en est content quand même ;-)

Comme le podcast ce n'est pas de la radio, et son devoir d'être grand public, on a voulu clairement attaquer dans un premier temps une cible bien précise. Notre choix s'est porté sur le basket car c'est un sport qui, selon moi, n'a pas encore assez de place dans les quotidiens ou dans la presse en général. De plus, le podcast peut se permettre d'être présent dans une "niche" comme on dit chez nous, c'est à dire un public ciblé avec l'audience qui va avec forcément. Voilà donc pourquoi le basket et pas le foot. Et puis le foot belge actuellement...

Bien évidemment, on ne va pas s'arrêter là. Deux autres podcasts vont arriver bientôt afin d'étoffer l'offre.

Le référencement sur iTunes, Yahoo, Podemus est en cours de même qu'une home page qui permettra de s'y retrouver.

Bonne écoute (pour ceux que cela intéresse...)

- Renaud H.

NB: tous les commentaires (constructifs) sont les bienvenus.

15/03/2006

Organisation des rédactions

Avoir un site web pour un titre papier n’est pas uniquement un défi technologique. C’est aussi revoir le mode de fonctionnement de la rédaction.  C’est aussi avoir réponses à plusieurs questions. Faut-il une rédaction spécialisée ? Quand mettre en ligne ? Par qui ? Où installer ce service ? Autant de questions que nous nous sommes posées en 2000 et 2001 quand sont arrivés dhnet.be et lalibre.be.

Au départ, les quelques journalistes et infographistes qui constituaient l’équipe mm se trouvaient au sein de la rédaction papier. Une à la DH et une autre à La Libre. En 2002, on décidait de structurer tout cela au niveau « groupe ». Le département multimédia était né. Une rédaction mixte avec les anciens de la DH et de La Libre qui n’allaient faire plus qu’un. Cette organisation séparée des rédactions, dite bi-média, a porté ses fruits. Mais le revers de la médaille, est que nous nous sommes détachés de la vie des deux rédactions. Ce qui est un problème car c’est encore elles qui font vivre en grande partie les sites par leur contenu.

Notre groupe va déménager cet automne. Une belle occasion pour revoir notre mode de fonctionnement. Faut-il intégrer à nouveau les deux rédactions ? Ce qui impliquerait une séparation de notre rédaction multimédia. C’est actuellement l’un des sujets de réflexion. Notre cellule a tellement grandi et s’est tellement spécialisée que l’éclater ne serait pas bénéfique selon moi. Par contre, qu’elle délègue un représentant permanent au sein des autres rédactions peut être une idée. Car il est clair qu’un lien étroit entre le multimédia et le papier doit être noué à nouveau. C’est essentiel afin de renforcer les synergies entre ces deux mondes si différents mais si proches encore.

- Renaud H.

07/03/2006

Une belle expérience

Très enrichissante expérience la semaine dernière au sein du département. Une équipe de télévision a accompagné quelques journalistes dans leur déplacement afin de monter au sujet vidéo en complément de l’article paru dans le papier. Histoire d’approfondir encore plus ce thème de la convergence et de voir concrètement comment cela peut s’organiser sur le terrain et dans le futur.

Le rêve de beaucoup est que le journaliste puisse écrire, filmer, prendre une photo et enregistrer son interview. Il rentre à la rédaction et développe son sujet sur les différents supports. Actuellement, cela reste bien du domaine du rêve si l’on veut avoir un zeste de qualité. On se rend compte que filmer est un métier, de même que parler dans un micro, écrire et prendre des photos. Si l’on veut un résultat pro du moins, même sur le web dont les standards de production sont encore à définir.
 
Le temps est aussi un élément important dans le travail du journaliste. Souvent tributaire d’une deadline, il ne peut accorder qu’un certain temps à ses différentes tâches de production.

Un exemple dans un monde idéal: je pars en reportage vers 10H à Bruxelles. Retour vers 12H. J’écris mon papier pour le web. Il est 13H30. Je charge les photos sur le disque dur. Travail des photos et upload de celles-ci sur le serveur. 14H15. Début du montage de l’interview en audio. Coupes et recoupes. Il est 15H30. En compagnie d’un monteur et d’un ingénieur son, je commence le montage de la vidéo. Un travail long car il faut choisir les images et enregistrer la voix off. Pendant ce temps les deux techniciens font leur travail. On colle tout cela et upload du travail sur les serveurs. Il est 18H00. A 21H les papiers pour le journal doivent être arrivés chez le chef d’édition. Je fais, un rien épuisé, mon article pour le journal papier. Un article qui doit apporter plus que ce que j’ai écrit pour le web. Dès lors, j’arrive à la conclusion de faire tout cela seul est impossible (sans compter les deux techniciens) avec les technologies actuelles. De plus la réalité est autre. Rares sont les jours où un journaliste a le temps de se consacrer à un seul sujet. Il y a les réunions de rédaction, un travail de desk, les brèves, d’autres rendez-vous…

Mais je reste persuadé que l’avenir de la presse passera par là. Nous devons trouver l’organisation pour arriver à produire du multiple média. Une organisation structurelle, revoir le fonctionnement des rédactions, organiser un partage des connaissances et surtout être conscient que notre métier de journaliste est en train de changer fondamentalement. Ne pas vouloir l’admettre est une grave erreur…

- Renaud H.

14/02/2006

Quelle info sur Google News ?

Faut-il condamner Google News ? Qui plus est quand on travaille sur les versions électroniques de deux quotidiens nationaux comme La Libre et la DH ? Question délicate.  D'autant qu'au sein de l'entreprise tout le monde n'est déjà pas d'accord.

En lançant dernièrement sa version belge francophone, Google a provoqué un tollé dans le secteur de la presse écrite. Est-il normal que le géant californien propose gratuitement un condensé de l'actualité sans avoir d'accord avec ses fournisseurs ? La question a été soulevé un peu partout comme ici dans Libé

Je laisserai aux juristes la joie de commenter et de décider si oui ou non il y a erreur ou fraude en ce qui concerne les droits d'auteur et autres copyrights. Puisque c'est de cela qu'il s'agit.

Ce qui m'étonne c'est que ce débat n'est pas nouveau (La Libre du 30/7/2003). Cela fait plus d'un an que les articles des sites belges d'informations se retrouvent sur Google News. Il n'y a strictrement rien de neuf si ce n'est que l'on peut maintenant avoir une rubrique Belgique. Mais notre contenu est toujours mélangé avec celui des autres journaux de la francophonie (France, Suisse,...) . Je me souviens que LeMonde.fr s'était lui aussi offusqué de pareil procédé et avait demandé à Google de retirer ses articles de son site. Pour faire marche arrière quelques temps après...

La raison est simple: comment faire sans Google quand on veut attirer du trafic sur son site ? Une question qui se pose pour nous, sites belges, toujours en quête d'Internautes. L'augmentation de ceux-ci permettrait de générer plus de revenus ce qui n'est pas du luxe actuellement puisque la consultation de nos sites est gratuite. Un remake de la fin justifie les moyens en quelque sorte...

Toujours est-il que la situation actuelle ne pourra pas s'éterniser. C'est aux deux parties - Google et AMJ - de trouver un accord. La stratégie de Google a des limites que les Californiens devront bien un jour reconnaître. De même, le monde de la presse écrite devrait se pencher plus sérieusement sur les changements de mentalité et voir Internet non pas comme un concurrent mais bien comme partenaire. Ce qui n'est pas encore assez le cas aujourd'hui.

- Renaud H.